juin 19 2018

Le commerce électronique est-il bon pour l’environnement ?

En 2017, plus de 60 pour cent des Belges ont fait au moins un achat en ligne. Cependant, les experts n’attribuent pas de bonnes notes au commerce électronique en ce qui concerne les performances environnementales. La VSZ donne quelques conseils.

Nous sommes de plus en plus nombreux à acheter sur Internet. C’est pratique et facile. Confortablement installé sur le canapé, dans la cuisine ou le samedi soir après un match de foot à la télé : peu importe le lieu ou l’heure de la journée. Dans de nombreux cas, les prix sont pratiquement imbattables.

Mais du point de vue de l’environnement, le commerce électronique est tout sauf rose. Cela commence avec le transport. De nombreux biens parcourent de longues distances avant d’être livrés à votre porte par le centre de distribution.

Même si les entreprises sont mieux à même de planifier leurs chargements et itinéraires qu’un acheteur privé, la tendance des livraisons individualisées augmente constamment et le colis est même livré à l’heure de votre choix.

Amazon par exemple, un des plus grands acteurs du commerce en ligne, propose dorénavant de livrer dans un délai d’une ou de deux heures dans certaines régions. Ces livraisons demandent des efforts logistiques importants et ont évidemment des incidences considérables sur l’environnement.

Personne à la maison !

Une des faiblesses majeures des commandes en ligne est que dans de nombreux cas, les clients ne sont pas à la maison et le colis doit être représenté. Environ un quart des livraisons aux particuliers échouent lors du premier passage.

Le problème des vêtements

Au moins un colis sur deux est renvoyé au vendeur en ce qui concerne les achats de vêtements parce qu’ils ne conviennent pas ou ne plaisent pas. En Allemagne, cela équivaut à environ 800.000 colis par jour – un chiffre énorme. Ici aussi, le bilan écologique est très mauvais.

Le commerce électronique est mauvais pour les petits magasins

La croissance du commerce électronique et l’implantation des centres commerciaux en périphérie des villes forcent de plus en plus de petits magasins à fermer leurs portes. Les petits magasins du coin disparaissent. Cela nous oblige à prendre la voiture plus souvent pour faire nos courses quotidiennes et cela augmente les distances à parcourir.

Que pouvez-vous faire en tant que consommateur ?

  • N’achetez en ligne que les produits que vous ne trouvez pas facilement dans un magasin près de chez vous.
  • Pour vos courses quotidiennes, allez à pied, à vélo ou avec les transports publics, si c’est possible.
  • Evitez les livraisons express dans un délai de quelques heures seulement.
  • Choisissez de préférence des modalités de livraison qui permettent de vous joindre dès la première tentative.
  • Pour vos achats en ligne, choisissez comme mode de livraison préféré, le mode « standard » ou « normal ».
  • Evitez les services « express » ou « prime » pour des raisons environnementales.
  • Pour les boutiques en ligne aussi, choisissez de préférence des vendeurs locaux, évitez les grandes sociétés internationales. De cette façon, vous pouvez en outre soutenir les magasins locaux de votre région avec une commande en ligne.

Source : http://www.vz-nrw.de

Avez vous trouvé cette information utile ?