novembre 07 2017

Smartphones: Le revers de la médaille

02.03.2017 – Les principaux critères pour l’achat d’un smartphone sont le prix et les performances techniques. Les conséquences pour l’homme et l’environnement sont secondaires. La VSZ montre le revers de la médaille.

Tous les deux ans en moyenne, nous achetons un nouveau smartphone, que ce soit en raison de sa courte durée de vie ou parce que c’est la tendance qui l’exige.

Besoin énergétique énorme

Selon une étude de Greenpeace, 968 terrawatts d’heures d’énergie ont été nécessaires au cours des dix dernières années pour la production de smartphones. Cette quantité d’énergie correspond à la fourniture en électricité nécessaire à la Belgique pendant 11 ans, déclare Greenpeace.

A travers cette étude, l’organisation environnementale veut sensibiliser aux conséquences énormes du processus de fabrication des smartphones. Outre les besoins énergétiques énormes, ce sont surtout les différents matériaux nécessaires à la production qui posent problème. Un smartphone contient quatre « minerais conflictuels » : l’étain, le tantale, l’or et le tungstène.

Production inhumaine

Ces quatre minerais proviennent surtout du Congo et des pays avoisinants. Ces pays, surtout à l’est du Congo, sont régulièrement en proie à des conflits armés. Ce sont souvent des chefs de guerre qui contrôlent les territoires où se trouvent les mines. Les mineurs doivent leur payer des taxes pour être autorisés à travailler dans ces mines.

Pour extraire 100 kg d’or, il faut exploiter 100.000 tonnes de roches. De plus, des produits chimiques toxiques sont nécessaires à l’extraction des métaux précieux.

Mais, ce ne sont pas uniquement les matières premières qui sont problématiques : des violations des droits de l’homme en raison de conditions de travail particulièrement abusives posent également problème chez de nombreux producteurs. Le pays principal producteur de smartphones est la Chine.

Il faut un nouveau modèle de production

L’entreprise néerlandaise Fairphone B.V. veut donner un signal et attirer l’attention sur les abus avec son smartphone équitable.

Le Fairphone est modulaire, des composants défectueux comme une caméra ou la batterie peuvent être remplacés aisément. Lors de la production, l’entreprise essaie – dans la mesure du possible – d’utiliser des matériaux équitables et de rendre le processus de production complètement transparent.

Même si tout le monde n’achète pas un Fairphone, tout le monde peut essayer d’utiliser son Smartphone le plus longtemps possible et de ne pas suivre toutes les tendances. En cas de défaut, on devrait d’abord réfléchir à une réparation. Certains repair cafés offrent cette possibilité.

Avez vous trouvé cette information utile ?